LE CARNET D'UN VOYAGE AUTOUR DU MONDE.............  
 
   
 
Avec le carnet de voyage, nous vous offrons la possibilité de suivre notre aventure à travers ces lettres postées sur notre site internet tout au long du voyage. N'hésitez pas à laisser des commentaires à nos lettres, nous les lirons avec attention. Les menus à gauche peuvent vous permettre de retrouver des lettres en fonction du pays dans lequel elles ont été envoyées et en fonction de la date d'envoie. Bonne consultation !
 
 
   
   
   
  Trier les lettres :
   
 
 
 
   
 
 
Le 15 Septembre 2007  
  Hanoï, Vietnam
 
Traversée du Laos et escale au Nord Vietnam
 
Depuis notre dernier message de Bangkok, nous avons fait un bon bout de chemin. Pas mécontents de quitter cette ville tentaculaire pour se rendre enfin dans les montagnes du Nord de la Thaïlande. Une nuit de bus suffit pour atteindre Chang Mai. C’est l’anniversaire de Marie que nous fêtons dignement. Le départ pour le trek le lendemain matin est plutôt raide… Nous passons 3 jours dans les montagnes à environ 100 Km au Nord de Chang Mai. C’est un ancien légionnaire français qui a monté cette agence et malgré toute sa bonne volonté, nous n’échapperons pas au « circuit touristique ». Néanmoins, ce n’est pas tous les jours que l’on se balade à dos d’éléphant, que l’on mange des ramboutans sur leur arbre (sorte de lychees) et que l’on cale dans la montée parce que marcher dans la jungle tropicale c’est une vraie suée. Tout notre respect à Michèle qui ne s’est jamais plainte de cette épique aventure. De retour sur Chang Mai, nous avons juste le temps d’une soirée pour profiter du marché de nuit.

Dès le lendemain, nous partons pour la frontière laotienne. Il nous a fallu une bonne journée de minibus pour atteindre Chiang Klong. Nous passons notre dernière nuit en Thaïlande au bord du Mékong, demain il n’y aura plus qu’à traverser pour rentrer au Laos. Nous arrivons donc dans la région Nord-Est du Laos. De là, le moyen le plus intéressant pour rejoindre Vientiane (la capitale), est d’emprunter un bateau long sur le Mékong. Nous embarquons sur l’une de ses grandes barques dès notre arrivée sur la rive laotienne. La journée se déroule paisiblement au fil de l’eau avec plusieurs arrêts dans les villages installés au bord du fleuve (ravitaillement, commerce…). Nous passons notre première nuit à Pak Beng, non mécontents de quitter le bateau et ses sièges en bois. Le second jour de croisière est tout aussi agréable, la région est toujours aussi montagneuse. Le fleuve est très impressionnant et la navigation n’a pas l’air si évidente entre écueils et tourbillons. Finalement nous atteignons Luang Prabang en fin d’après-midi, ravis de cette petite excursion.

Luang Prabang est l’une des villes les plus agréable d’Asie du Sud-Est. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la ville a parfaitement conservée son passé français : architecture, cafés, et surtout pétanque. Un couple Suisse se joint à nous pour trouver un hôtel, ils étaient sur le bateau avec nous. Eux aussi font un tour du monde, mais dans le sens inverse, ce qui est plutôt pas mal pour échanger les bons plans. La journée suivante est consacrée à la visite de la ville et de ses nombreux temples. Ces derniers ont une architecture différente de ceux que nous avions visités en Thaïlande. Nous montons sur une colline surplombant la ville, nous offrant ainsi un panorama sur Luang Prabang et la région alentour. La soirée est consacrée à une partie de pétanque, match international entre Français et Laotiens, nous perdons lamentablement. Néanmoins nous passons un agréable moment à échanger et à déguster la bière locale (les perdants payent la tournée).

La matinée suivante est difficile, nous prenons un bus en direction du Sud à destination de Vang Vieng. La route est montagneuse et sinueuse, et nous offre des paysages sublimes. Les villages que nous traversons laissent apparaître un mode de vie où se mélange pauvreté et simplicité. Nous passons 2 jours à Vang Vieng. Nous décidons de louer des vélos afin de se balader au milieu des rizières et des pitons rocheux, à destination des nombreuses grottes présentes dans les massifs karstiques. Après une longue épopée sous un Soleil brûlant, 2 enfants laotiens nous conduisent jusqu’à une rivière où l’on peut se baigner. Après cette pause rafraîchissante, nous partons accompagnés de 3 enfants guides spéléos (d’environs 8-9 ans). L’entrée de la caverne n’est accessible qu’à l’aide d’une grand échelle de bambou. Nous cheminons dans la grotte puis retournons à nos bicyclettes. Le trajet de retour s’effectue sous une pluie battante de mousson. Nous arrivons Vang Vieng complètement trempés, mais contents de cette journée.

Le lendemain matin nous partons pour Vientiane, capitale plutôt paisible ressemblant à une petite ville de province française. Les filles profitent du marché pour faire quelques achats. La veille de son départ, Michèle nous offre un repas dans un restaurant français sous une acclamation générale de la troupe. Après avoir déposé Michèle à l’aéroport, nous retrouvons le couple de Suisses que nous avions rencontré sur le Mékong. Nous fêtons dignement les retrouvailles dans un petit restaurant.

Le lendemain, nous nous levons aux aurores afin de prendre un bus en direction de la frontière vietnamienne. Nous nous arrêtons pour 2 jours à mi-chemin dans un petit village laotien, Ban Na Hin. Nous sommes les seuls touristes, la curiosité des habitants s’en ressent, nous sommes invités le soir même à un petit repas organisé en l’honneur de l’ouverture d’une nouvelle école. Au menu, riz collant, canard grillé sur la braise, et bien évidemment, bières locales ! Le jour suivant, nous partons marcher dans la forêt tropicale en direction des cascades de Nam Sa Nam. Nous traversons de nombreux cours d’eau à gué et une forêt luxuriante avant de nous baigner au pied des cascades. Sur le retour, nous croisons un serpent. Nous ne sauront jamais s’il était dangereux, le guide ayant peur de s’en approcher. Le soir, nous mangeons dans un restaurant « en ville ». Nous sommes accueillis par To, 11 ans, parlant un anglais irréprochable, passionné de Géographie et d’Histoire. Un petit génie qui, nous l’espérons, ira loin !

Après ces riches moments, nous reprenons la route en Tuc-Tuc, direction le Vietnam. Nous faisons une escale à Laxao où nous embarquons dans un bus « cargo ». En effet, il n’y a que 5 rangées de sièges, le reste étant occupé par des sacs de sucre. Nous sommes son « extra » pour la journée. Nous entrons sans trop de peine au Vietnam par Cau Treo, en compagnie de camions transportant des chiens destinés à être mangés. Et oui, les Vietnamiens mangent du chien ! La route descendant en direction de Vinh est très belle, mais vertigineuse. Nous arrivons sous une pluie battante, les rues sont inondées. Le bus nous abandonne on ne sait trop où dans la ville. Nous découvrons notre premier Bia Hoï (« boui-boui » servant plats locaux et bières artisanales). Malgré la barrière de la langue, à l’aide de geste et du lexique de notre guide de voyage, nous sympathisons avec clients et serveurs. Grâce à ces derniers, nous atteignons la gare ferroviaire peu de temps après.

Un train de nuit nous transporte jusqu’à Hanoï. La vitesse de pointe est de 40 Km/h. Nous voyageons sur des bancs en bois plutôt inconfortables. Pour réussir à dormir, chacun y va de sa technique… Nous arrivons crevés au petit matin. Après une journée de repos bien méritée, nous retrouvons Fab au centre culturel français où il travaille. Nous passons la soirée avec Anaïs et Nico, deux de ses amis avec qui nous allons partir visiter le Nord-Ouest du pays à moto. Habitué du coin, Fab nous conduit dans un Bia Hoï où nous mangeons très bien, et goûtons même du chien ! Les deux jours suivants se partagent entre logistique (organisation du trip à moto, accueil de la famille de Fouet et Claire…) et vie nocturne à Hanoï (bonne cuisine vietnamienne et bars branchés).

Nous partons tôt le matin, chevauchant nos motos, en direction du Nord-Ouest du pays. Jour de fête nationale oblige, beaucoup d’habitants quittent la ville pour rejoindre leur famille. La sortie d’Hanoï au milieu d’une marée de motos est plutôt épique. Nous atteignons Mai Chau dans l’après-midi. Nous profitons des dernières heures de jour pour se baigner dans une cascade. Nous logeons dans une maison Thaï sur pilotis. La journée du lendemain est consacrée à l’exploration de la région, nous sommes loin d’Hanoï au milieu de montagnes et d’ethnies montagnardes typiques du Nord-Ouest du pays. Le jour suivant, nous continuons notre route en direction du Nord, observant cultures de thé en terrasses. Les 40 derniers kilomètres sont magnifiques, mais techniques : la route est encore en construction. Nous faisons escale pour la nuit à Tuan Giao, où nous testons la vodka locale. Nous reprenons la route sous une forte pluie, encore fatigués par la soirée de la veille. Les 80 premiers kilomètres n’ont rien à envier au Paris-Dakar : la route est en très mauvais état, les rivières débordent et la piste est glissante. L’après-midi nous empruntons une meilleure route et la pluie se calme. Nous atteignons le point le plus au Nord de notre circuit, nous sommes à une trentaine de kilomètres de la frontière chinoise. Nous nous arrêtons le soir à Lai Chau, ville nouvelle dénuée de charme. La redescente vers le Sud du lendemain est marquée par la dégustation du délicieux café vietnamien, par quelques achats à Tan Nuyen, par des paysages de rizières en terrasse, mais aussi par des crevaisons pour les motos. Nous finissons la route de nuit accompagnés par 2 locaux transportant chacun 2 cochons vivants sur leur moto. Nous dormons à Phu Yen avant de rentrer tranquillement le lendemain sur Hanoï. Au total nous auront parcouru 1 200 Km à moto, découvert une des régions les plus préservées du Vietnam, admiré des paysages de montagne exceptionnels, et perfectionné notre technicité de conduite de moto.

Chantal (marraine de Claire), Marie (mère de Fouet) et Yolande (mère de Claire) nous rejoignent à Hanoï pour 3 semaines au Vietnam. Nous les accueillons en allant manger de la cuisine locale à une bonne adresse (Merci Fab !). Après une journée de repos, de shopping et de musée, nous partons en excursion dans la fameuse Baie d’Halong. Nous embarquons sur une jonque (bateau traditionnel) plutôt luxueuse sur laquelle nous naviguons à travers villages flottants et pitons calcaires émergés. Nous passons la nuit à bord loin des bruits de la ville. Nous nous réveillons sous la pluie, ce qui donne un tout autre charme à ce site exceptionnel. Nous rejoignons la terre ferme et atteingons Tam Coc en fin de journée, région connue comme étant la « Baie d’Halong terrestre ». Nous sommes au septième mois lunaire, le mois enregistrant le plus de précipitations. Nous partons donc le matin, munis de nos parapluies et de nos ponchos, sur des barques à travers la plaine inondée. Nous circulons au milieu de pitons karstiques, et traversons des grottes façonnées par l’eau. L’après-midi est consacré à la visite du village de Kenh Ga, partiellement inondé durant la saison des pluies. Juste le temps d’une soirée tous ensemble dans un Bia Hoï à Hanoï, avant de repartir une journée pour découvrir la Pagode des Parfums.

Pour cette dernière soirée tous les 4, nous dégustons fromage, saucisson et foie gras gentiment apportés par les mamans chez Fab. Claire et Fouet partent avec Chantal, Marie et Yolande vers le centre du pays pour une dizaine de jour, avant de retourner sur Hanoï et de partir à deux vers le Sud Laos puis le Cambodge où ils rejoindront Jeremie qui part découvrir le Sud du Vietnam. Marie, quant à elle, part pour le Népal travailler pendant 2 mois avant d’être rejointe par l’ensemble de l’équipe pour la suite de l’aventure.
 
 
L'équipe du Blog Terrestre
Commentaire(s) : 4
 
 
 

 
  Plan du site Conception & Design © 2006